Microsoft annonce la fin du support de Windows 7 et fait ses adieux au système d'exploitation

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 14811
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Microsoft annonce la fin du support de Windows 7 et fait ses adieux au système d'exploitation

Message par chtimi054 » jeu. 16 janv. 2020 07:34

Microsoft annonce la fin du support de Windows 7 et fait ses adieux au système d'exploitation
Alors que plus de la moitié des entreprises n'ont pas encore fini de passer à Windows 10


Microsoft l’a longtemps répété pendant ces quatre dernières années : la fin de vie de Windows 7 approche à grands pas. Comme projeté, l’entreprise a annoncé ce 14 janvier la fin du support de son système d’exploitation Windows 7. Microsoft a publié hier les derniers correctifs pour le système à l’occasion du Patch Tuesday et abandonne ainsi Windows 7. L’utilisation de ce dernier devient donc très dangereuse, car il est désormais exposé à toute sorte de vulnérabilités et d’attaques. Cela dit, des enquêtes ont quand même révélé que plusieurs entreprises aux États-Unis et au Royaume-Uni traînent toujours Windows 7.

« Microsoft s'est engagé à fournir 10 ans de support produit pour Windows 7 lors de sa sortie le 22 octobre 2009. Cette période de 10 ans est maintenant terminée, et Microsoft a mis fin au support de Windows 7 afin que nous puissions concentrer notre investissement sur le support de nouvelles technologies et de nouvelles expériences formidables », a écrit hier la société dans une foire aux questions sur son site Web. L'assistance technique et les mises à jour logicielles de Windows Update qui aident à protéger les PC ne sont plus disponibles pour le produit.

Par conséquent, Microsoft vous recommande fortement de passer à Windows 10 pour éviter une situation où vous auriez besoin d'un service ou d'une assistance qui ne sont plus disponibles. En d’autres termes, si une nouvelle vulnérabilité de sécurité ou un bogue logiciel est découvert dans Windows 7, Microsoft n'est plus obligé de publier un quelconque correctif pour corriger le problème sur le système non pris en charge. Cela pourrait porter préjudice aux individus et aux organisations qui dépendent encore du système d’exploitation Windows 7.

Image

Cette situation pourrait bien s’afficher dans les prochains mois, car les analystes estiment à 200 millions le nombre d’ordinateurs exécutant encore Windows 7. Selon le site d'analyse du trafic Web StatCounter, près d'un quart des utilisateurs de Windows dans le monde entier utilisent encore Windows 7. Par ailleurs, une enquête de Kollective, une société de diffusion de contenu basée dans l’Oregon, auprès de cent sociétés aux États-Unis et au Royaume-Uni a montré que 53 % des entreprises n'ont pas commencé ou terminé la migration de Windows 7 vers Windows 10.

La présence de Windows 7 est très répandue au Royaume-Uni, où environ deux tiers des sociétés utilisent encore le système d'exploitation sur certains appareils. Les entreprises américaines sont plus susceptibles d'être passées à autre chose, 40 % d'entre elles ayant déclaré qu'elles disposaient encore de Windows 7. Mais un dixième des personnes interrogées n'avaient aucune idée si Windows 7 fonctionnait encore sur des périphériques au sein de leur organisation. Cette situation a déclenché l’alerte chez les experts en sécurité du Royaume-Uni.

Image

Le risque potentiel est tel que le National Cyber Security Centre (NCSC), la branche cybernétique du service de renseignement du GCHQ (Government Communications Headquarters) du pays, a émis une mise en garde sur l'utilisation continue des PC et des ordinateurs portables sous Windows 7. Le NCSC a dit aux utilisateurs qu'ils ne devraient pas utiliser les appareils Windows 7 lorsqu'ils accèdent à des données personnelles ou lorsqu’ils effectuent des achats sur Internet.

« Le NCSC encourage tout le monde à mettre à niveau les appareils fonctionnant encore sous Windows 7, ce qui leur permettra de continuer à recevoir des mises à jour logicielles de Microsoft qui les aident à protéger leurs appareils », a déclaré un porte-parole du NCSC. L’agence a aussi recommandé de remplacer les appareils non pris en charge dès que possible, de déplacer les données sensibles vers un appareil pris en charge et de ne pas les utiliser pour des tâches telles que l'accès à des comptes bancaires et autres comptes sensibles.

Ils devraient également envisager d'accéder à leurs e-mails depuis un autre appareil. Toutefois, Microsoft a laissé une marche de manœuvre aux entreprises qui ne sont pas encore prêtes à migrer, semblable à ce qu'elle a fait avec Windows XP. Il propose un forfait de soutien prolongé payant qui, cette année, coûtera aux entreprises 25 $ par appareil fonctionnant sous Windows 7 Enterprise et 50 $ par PC Windows 7 Pro. Le coût du support doublera l'année suivante pour les deux, se stabilisant à 100 $ par licence Windows 7 Enterprise et 200 $ par licence Windows 7 Pro.

En outre, cela peut représenter une source de revenus importante pour Microsoft, compte tenu des frais payés par les grandes entreprises et les organismes gouvernementaux pour maintenir le support de Windows XP. Par exemple, en 2015, la Marine américaine aurait versé 9 millions de dollars à Microsoft pour qu'il continue à prendre en charge Windows XP, Office 2003, Exchange 2003 et Server 2003, un contrat qui prévoyait la possibilité de poursuivre la prise en charge jusqu'en 2017 pour un montant pouvant atteindre 30 millions de dollars.

Enfin, l’on estime que le réel danger se trouve dans les systèmes “zombies” qui continuent d'exister sans support. En 2017, Microsoft s’est vu obligé de publier un correctif d'urgence pour Windows XP et d'autres versions de Windows non prises en charge en raison de l'épidémie du ver informatique WannaCry. Microsoft a surtout agi de la sorte à cause de l'utilisation continue de ces systèmes d'exploitation par les hôpitaux et d'autres organisations essentielles.

merci à Developpez.com
Image

Répondre