Le câble sous-marin d'Orange à Mayotte à l'écoute des séismes

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 14811
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Le câble sous-marin d'Orange à Mayotte à l'écoute des séismes

Message par chtimi054 » mer. 15 janv. 2020 07:19

Le câble sous-marin d'Orange à Mayotte à l'écoute des séismes

Image Le récent câble sous-marin Fly-Lion3 entre Mayotte et les Comores va être utilisé pour "écouter" les mouvements sismiques de la région.

Les câbles sous-marins de fibre optique servent en principe à faire transiter de grandes quantités de données entre différentes zones géographiques mais ils peuvent avoir d'autres applications.

L'une d'entre elles, récemment mise en évidence, concerne la possibilité de détecter des séismes. Les vibrations répercutées sur les fibres optiques du câble sous-marin créent des perturbations dans la diffusion de la lumière en leur sein et, correctement interprétées, ces dernières peuvent servir à l'écoute de phénomènes sismiques à proximité et deviennent elles-mêmes des capteurs dits FOS (Fiber Optic Sensor).

Image

L'opérateur Orange et l'IPGP (Institut de physique du globe de Paris) vont mettre à profit ces propriétés avec le câble FLY-Lion3 (Lower Indian Ocean Network) reliant Mayotte aux Comores pour tester cette approche en collaboration avec le Réseau de surveillance vulcanologique et sismologique de Mayotte (REVOSIMA).

"Des mesures sismiques (vibration du sol) vont être effectuées le long du câble FLY-Lion3 depuis Kaweni sur une distance d'environ 50 km en direction du sud-est de Mayotte", indique le communiqué de presse d'Orange.

Cette "expérimentation grandeur nature" doit permettre de tester les nouveaux équipements de mesure permettant de réaliser cette écoute. Avec la découverte d'un volcan sous-marin en 2019 au large de Mayotte, la zone est particulièrement intéressante pour ce type d'écoute, d'autant plus qu'elle permet une détection directe, au contraire des techniques actuelles de mesure en mer dont le traitement des données se fait a posteriori.

La force du système repose sur le fait qu'il permet "d'avoir l'équivalent de milliers de sismomètres distribués tout au long de la fibre, et ce sur plusieurs dizaines de kilomètres.

Un équipement capable d'en tirer parti, le DAS (Distributed Acoustic Sensor) sera donc branché à l'extrêmité d'une des fibres du câble FLY-Lion3 et tester pour mesurer les signaux sismiques.

merci à GNT
Image

Répondre