Une base de données contenant des informations sur les membres de Iron March, un site Web violent de la suprématie blanc

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13972
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Une base de données contenant des informations sur les membres de Iron March, un site Web violent de la suprématie blanc

Message par chtimi054 » dim. 10 nov. 2019 07:30

Une base de données contenant des informations sur les membres de Iron March, un site Web violent de la suprématie blanche, est exposée
Sur Internet


Une fuite de données a révélé une mine d’informations détaillées sur plusieurs membres d'un site Web violent de la suprématie blanche. Les données appartiennent au site Web influent néonazi Iron March disparu il y a environ deux ans maintenant. Les données sont constituées en une base de données de 1 Go, contenant des informations d'au moins 1000 membres du site. La base de données SQL de 1 Go contient des informations comme les noms d'utilisateur, les messages privés, les publications publiques et les adresses IP.

Une importante fuite de données appartenant au site Web néonazi Iron March a révélé des informations détaillées sur ses membres. Le site Web Iron March, aujourd’hui supprimé, était affilié à ou offrait son soutien à au moins neuf groupes fascistes dans neuf pays différents. Selon les experts, le site a contribué à donner naissance au groupuscule terroriste Atomwaffen Division. Cette mouvance a été associée à plusieurs meurtres et crimes haineux aux États-Unis. Elle a étendu ses activités à d'autres pays, dont le Canada, le Royaume-Uni, et des pays de l'Europe de l'Est.

Iron March a été fondée en 2011 par un nationaliste russe connu sous le nom d'Alexander “Slavros” Mukhitdinov, et fermée brusquement sans explication en novembre 2017. Les membres et les groupes associés au site Web ont été impliqués dans une série de violences meurtrières après la création du site à mesure que les utilisateurs influents sont devenus plus volubiles dans leur soutien à l'extrémisme sans compromis, au génocide et au terrorisme insurrectionnel. En mai 2017, Devon Arthurs, utilisateur du site et membre de la division Atomwaffen, a assassiné deux camarades de chambre à Tampa, en Floride.

Image

Selon le journal britannique The Guardian, la police a trouvé des ouvrages néonazis dans la maison, ainsi que des explosifs, des matières radioactives et une photo encadrée du poseur de bombe d'Oklahoma City, Timothy McVeigh. Selon le Southern Poverty Law Center, Iron March était “affiliée à au moins neuf groupes fascistes dans neuf pays différents”, dont la Serbie, la Grèce, l'Australie et l'Ukraine.

Les données ont été publiées ce mercredi sur un site Web d’archivage Internet Archive par un utilisateur anonyme portant le nom « antifa-data ». Près de 200 000 publications sur le forum ainsi que 22 000 messages privés, provenant de 1200 utilisateurs entre 2011 et 2017, ont été dévoilés. La fuite concernerait le contenu de la base de données sous-jacente du site Web Iron March. Le document peut permettre de faire correspondre les noms d'utilisateur à des adresses électroniques, des adresses IP, des messages de forum et des messages directs.

De nombreuses publications contiennent des propos haineux contre les Premières Nations, les musulmans, les juifs et la communauté LGBT. Nombre d'entre elles font l'éloge de la violence contre les minorités et des personnalités publiques. Les éléments découverts jusqu'à présent dans la fuite suggèrent que certains utilisateurs de la plateforme sont enregistrés avec des adresses électroniques personnelles existantes, y compris des adresses associées à plusieurs universités américaines. Les chercheurs ont déclaré pouvoir identifier les individus grâce à ces données.

Des messages privés montrent des membres discutant de la vie dans les Marines, la Marine, l'Armée et les réserves militaires américaines. Selon le site Web de journalisme libre Bellingcat, des messages directs suggèrent que certains membres étaient en service militaire actif au moment de leur publication. « Faites attention si vous êtes déployé avec ces putain de sable [supprimé] et de juifs », a envoyé un utilisateur qui prétend être dans la marine à un autre membre qui dit qu'il est dans les Marines et qu'il est sur le point d'être déployé.

« Ce sont tous des tas de merde glissants qui se lavent le visage dans des flaques d'eau de pluie recouvertes de terre. Nous sommes trop bons pour interagir avec ces gens, peut-être que Trump va au moins assouplir les règles d'engagement pour que ces saloperies puissent être renvoyées à Allah, aux juifs et à tous les autres », a-t-il continué. D'autres membres du forum Iron March sont des gens plus connus de la mouvance suprémaciste blanche au Canada. Un des commentateurs les plus en vue du forum écrivait sous le nom d'utilisateur Zeiger.

Ce dernier, un Montréalais dont le vrai nom serait Gabriel Sohier Chaput, avait été identifié l'année dernière par le Montreal Gazette. En novembre, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) avait lancé un mandat d'arrestation à contre lui pour promotion de la haine. Un autre utilisateur canadien prolifique de Iron March écrivait sous le nom de Dark Foreigner. Il a été identifié comme étant l'un des propagandistes clés d'Atomwaffen Division et son adresse IP provient d'Ottawa. Selon les chercheurs, cette fuite de données pourrait permettre d'identifier des centaines d'extrémistes dans le monde.

La Société Radio-Canada serait arrivée à identifier 87 utilisateurs dont l'adresse IP provenait du Canada. Le Canadian Anti-Hate Network, un groupe d'activisme antiraciste, avait accès aux publications du forum Iron March depuis deux ans, mais cette fuite leur permettra d'identifier « les pires d'entre eux », selon son directeur, Evan Balgord. « Nous allons en trouver le plus possible. Tout individu qui participait à ce forum est une menace à la sécurité publique. C'est un forum ouvertement néofasciste », a-t-il déclaré à CBC.

Une liste des domaines utilisés dans les enregistrements d'email montre deux domaines provenant d'universités américaines. D'autres extrémistes identifiés par le passé par des activistes ont été contraints de se cacher ou de retirer leur contenu du Web.

merci à Developpez.com
Image

Répondre