Brad Smith de Microsoft prévoit que l'IA sera aussi transformatrice pour la société que le moteur à combustion au cours

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13972
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Brad Smith de Microsoft prévoit que l'IA sera aussi transformatrice pour la société que le moteur à combustion au cours

Message par chtimi054 » sam. 9 nov. 2019 07:28

Brad Smith de Microsoft prévoit que l'IA sera aussi transformatrice pour la société que le moteur à combustion au cours des 3 prochaines décennies,
L'IA peut aussi devenir une arme, selon lui

Le développement de l’intelligence artificielle et son impact futur sur l’avenir de la société continuent de préoccuper plusieurs, même les géants de la technologie. La dernière préoccupation a été exprimée par Brad Smith, le président de Microsoft. Mercredi dernier, à l'occasion de la conférence Web Summit sur la technologie à Lisbonne, au Portugal, lorsque M. Smith discutait de l'intersection entre la technologie et la société, il a prédit que l'intelligence artificielle transformera la société au cours des trois prochaines décennies, tout comme l'a fait le moteur à combustion interne durant la première moitié du XXe siècle.

Abordant un éventail de sujets allant des droits de l'homme aux réseaux neuronaux, M. Smith a dit :

« Dans la décennie à venir, l'IA sera, à bien des égards, un outil du genre que le monde n'a jamais vu auparavant, et elle peut donc devenir une arme aussi. Quand on regarde la première moitié du XXe siècle, c'est une époque qui a été transformée par une invention par-dessus tout : le moteur à combustion ». « Le moteur à combustion] a mené à la voiture et à l'avion ; il a mené au camion et au tracteur ; il a changé chaque partie de chaque économie. Je pense qu'il est juste de dire qu'au cours des trois prochaines décennies - d'ici 2050 - l'IA est susceptible de jouer un rôle similaire dans l'économie mondiale », a-t-il ajouté.


Dans son intervention, il a aussi abordé les implications sociétales possibles, en ajoutant que l'industrie de la technologie doit adopter une perspective plus large sur les conséquences possibles de l'IA. A ce propos, il a déclaré : « Cela nous[l'industrie de la technologie] invite vraiment à réfléchir comme jamais auparavant à ce que cela signifie en termes d'implications sociétales plus larges. Ce faisant, je pense qu'il est en fait utile de commencer par réfléchir à un fait fondamental : ce ne sont pas des questions nouvelles. Cette technologie est peut-être nouvelle, mais ces questions sont aussi vieilles que la technologie elle-même ».

Le succès planétaire du moteur à combustion interne est dû à ses performances à ce jour inégalées, mais aussi à la formidable somme de savoir-faire accumulée par les inventeurs et ingénieurs, qui ont su l'adapter à de nouveaux défis. Brad Smith, qui occupe également le poste de directeur juridique de Microsoft, a déclaré mercredi que le sujet de l'intelligence artificielle est d'ordre éthique autant que technologique, ce qui incite l'industrie technologique et la société dans son ensemble à s'en souvenir. Il souhaite que l’industrie de la technologie donne les meilleurs moyens à l’IA afin de prendre de bonnes décisions pour l’avenir de la société. Il a déclaré à ce sujet :

« D'une certaine façon,[c'est] la question fondamentale de notre époque. Nous ne devrions pas simplement demander ce que les ordinateurs peuvent faire. Nous devons leur demander ce qu'ils devraient faire, et nous devons réfléchir sérieusement, car nous sommes la première génération dans l'histoire de l'humanité qui donnera aux machines les moyens de prendre des décisions qui n'étaient auparavant prises que par des personnes. Si on se trompe, chaque génération qui nous suit en paiera le prix ».



Les précédentes préoccupations exprimées par les personnalités de l’industrie de la technologie au sujet des progrès de l'intelligence artificielle

Ce n’est pas la première fois que les personnalités du milieu de la technologie se prononcent sur l’impact de l’intelligence artificielle sur l’avenir société. M. Smith, lui-même, avait interpellé les responsables de l’industrie de l’Internet sur le développement de la technologie de reconnaissance faciale en novembre 2018. Prenant la parole, lors de la conférence technique Web Summit au Portugal, il a dit que l'année 2024 pourrait ressembler à la fiction présentée par l’ouvrage 1984 où chaque citoyen est sous la surveillance constante des autorités d’un Etat totalitaire, si la technologie de reconnaissance faciale n’est pas réglementée bien avant.

Selon M. Smith, les années à venir pourraient voir d’autres utilisations plus contraignantes, voire oppressives de la technologie, par des gouvernements au détriment des populations, si rien n’est fait. Il a déclaré que la technologie de reconnaissance faciale pourrait totalement changer notre façon de vivre, si elle n'était pas contrôlée. « Cela signifie potentiellement que chaque fois que vous entrez dans un magasin, un détaillant sait à quel moment vous y étiez pour la dernière fois, quels produits vous avez choisis, quels produits vous avez achetés ». « Je pense que même cela est franchement dérisoire par rapport à ce que cela pourrait faire pour les relations entre les individus et l'État », a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois que M. Smith intervenait en novembre 2018 sur la nécessité de régulation du secteur afin de mettre en œuvre des balises permettant de limiter l’utilisation de la reconnaissance faciale par les entreprises et les gouvernements. En juillet de la même année, il a qualifié la technologie de reconnaissance faciale comme soulevant des questions qui vont au cœur des protections fondamentales des droits de l'homme telles que la vie privée et la liberté d'expression. Il a rappelé également que ces problèmes devraient renforcer la responsabilité des entreprises de haute technologie qui créent ces produits, sans manquer de donner les mesures et recommandations de sa société en matière de réglementation gouvernementale. Selon lui la reconnaissance faciale peut être réglementée tout comme les secteurs pharmaceutiques et les automobiles.

Image

Bill Gates a aussi fait part de ses inquiétudes par rapport aux avancées faites dans le domaine de l’intelligence artificielle en janvier 2015. Lors d’une session AMA (Ask Me Anything) sur un site Web communautaire, M. Gates a expliqué que « Je suis de ceux qui se sentent concernés par la super intelligence ». Si Gates ne s’est pas insurgé directement contre l’intelligence artificielle, son inquiétude s’inscrivait plutôt sur le long terme : « d'abord, les machines travailleront pour nous, et pas de façon hyper intelligente, ce qui peut être positif si on le gère bien. Dans quelques décennies, l’intelligence artificielle sera suffisamment développée pour devenir un réel problème. Je suis d’accord avec Elon Musk et d’autres sur ce point et je ne comprends pas comment il est possible pour certains de ne pas se sentir concernés. »

Pour Elon Musk, PDG de Telsa et fondateur de SpaceX, l'IA est la plus grande menace de l'humanité. Musk a dit en octobre 2014 que l’IA serait forcément maléfique. Il a comparé un futur avènement d’une IA à une invocation d’êtres surnaturels malfaisants aux pouvoirs incommensurables, communément appelés démons. M. Musk a réitéré ses avertissements concernant le danger de l’IA, lors de la conférence South by Southwest (SXSW) qui se tenait à Austin, au Texas, en 2017. D’après lui, « l’IA est plus dangereuse que les ogives nucléaires », et a préconisé qu’il y ait un organisme de réglementation supervisant le développement de cette technologie.

Le mois dernier, un nouveau rapport du Forum sur la sécurité de l'information (ISF) a conclu dans le même sens en indiquant que « l'intelligence artificielle inspire l'intrigue, la peur et la confusion dans la même mesure ». « L'IA crée une nouvelle frontière en matière de sécurité de l'information. Les systèmes qui apprennent, raisonnent et agissent de manière indépendante reproduiront de plus en plus le comportement humain - et comme les humains, ils seront défectueux, mais aussi capables de réaliser de grandes choses. L'IA pose de nouveaux risques pour l'information et rend certains risques existants plus dangereux », a déclaré Steve Durbin, directeur général de l'ISF. Le rapport a, toutefois, conclu que pour prospérer dans cette nouvelle ère, les organisations doivent réduire les risques posés par l'IA et tirer le meilleur parti des possibilités qu'elle offre.

Cependant, une intervention en 2015 d’Andrew NG, directeur scientifique chez Baidu et concepteur du système d’apprentissage automatique de Google à l’époque, l’a positionné ouvertement dans le camp de ceux qui sont favorables au développement de l’intelligence artificielle sans restrictions aucunes des risques découlant de ce projet. En effet, il a affirmé au GTG 2015, « qu’il y a beaucoup d’exagérations sur le fait que l’intelligence artificielle créera des robots malfaisants dotés d’une super intelligence ». Toutefois, il a reconnu qu’il pourrait avoir une race de robots tueurs dans un avenir lointain, mais que lui ne travaillait pas aujourd’hui à empêcher la conversion au mal de ces machines intelligentes, pour la même raison qu’il ne s’inquiète pas du problème de surpopulation de la planète Mars.

En ce qui concerne la dernière prédiction de Brad Smith, les commentateurs du sujet sur un média social sont partagés sur la période de trois décennies. Certains pensent que la période est sous-estimée, pour d’autres, il faut moins de temps pour que la prédiction se réalise.


merci à Developpez.com
Image

Répondre