Bruno Le Maire estime que la France ne peut autoriser le développement de Libra sur le sol européen

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13378
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Bruno Le Maire estime que la France ne peut autoriser le développement de Libra sur le sol européen

Message par chtimi054 » ven. 13 sept. 2019 07:28

Bruno Le Maire estime que la France ne peut autoriser le développement de Libra sur le sol européen
Vu les risques systémiques que cela induit, notamment sur la souveraineté monétaire des États

Au cours d’une conférence de l’OCDE consacrée aux défis des monnaies cryptographiques organisée récemment, Bruno Le Maire, l’actuel Ministre français de l’Économie et des Finances, a fait connaitre la position de l’administration Macron vis-à-vis des monnaies virtuelles en général et du projet Libra de Facebook en particulier en révélant l’hostilité de la France envers ce projet. Il a fait savoir que le gouvernement s’oppose fermement au développement de Libra au sein de l’Union européenne (UE)

Image

Pour rappel, le projet Libra, une initiative de Facebook, a été officiellement lancé en juin dernier avec la participation de 28 autres grandes sociétés des secteurs de la finance, du commerce électronique, des technologies et des télécommunications. Facebook a présenté Libra comme une cryptomonnaie qui devrait à terme permettre à ses deux milliards d’utilisateurs d’acquérir des biens ou de transférer des fonds aussi facilement qu’un message instantané. Libra est censé apporter un nouveau moyen de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels et se veut la pierre angulaire d’un nouvel écosystème financier avec des transactions instantanées et peu coûteuses. Cette initiative de la firme de Menlo Park a attiré l’attention des décideurs au niveau mondial, en particulier des banquiers et politiciens, des « cryptosceptiques » pour la plupart.

En juillet dernier, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale des États-Unis (FED), a affirmé que « Libra soulève de nombreuses et sérieuses préoccupations en ce qui concerne la protection de la vie privée, le blanchiment d’argent, la protection des consommateurs et la stabilité financière » et ces inquiétudes doivent être traitées « en profondeur et publiquement avant d’aller de l’avant ». Le Maire semble partager l’opinion de Powell puisque dans son allocution, il a lui aussi insisté sur le fait que cette initiative comporte des « risques d’abus de position (...) des risques de souveraineté (...) et des risques pour les consommateurs et pour les entreprises ».

Le Ministre ajoute que « Libra soulève aussi un risque systémique à partir du moment où il y a deux milliards de consommateurs. Toute défaillance dans le fonctionnement de cette monnaie, dans la gestion de ses réserves pourrait créer des désordres financiers considérables ». Il redoute en outre que la cryptomonnaie de Facebook se substitue à la monnaie nationale dans les pays où la devise est faible ou connait une forte dévaluation. D’après lui, les préoccupations sur Libra sont sérieuses et il est impossible, dans ces conditions, « d’autoriser le développement de Libra sur le sol européen ».

« Je ne vois pas pourquoi nous portons autant d’attention depuis des années à éviter toute utilisation d’une monnaie pour le blanchiment et pour la lutte contre le financement du terrorisme, et qu’une monnaie numérique comme Libra échapperait à ces obligations », a-t-il déclaré.

Bruno Le Maire n’a toutefois pas précisé comment la France comptait s’y prendre pour empêcher le déploiement de Libra au sein de l’UE et de ses 28 États membres. Mais le Ministre a indiqué être en contact avec les dirigeants de la Banque centrale européenne dans l’optique de la création d’une « monnaie numérique publique » sous l’égide des institutions financières internationales.

merci à Developpez.com
Image

Répondre