Cyberdélinquance : des milliers de particuliers et d'entreprises victimes d'infractions numériques en 2018

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13706
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Cyberdélinquance : des milliers de particuliers et d'entreprises victimes d'infractions numériques en 2018

Message par chtimi054 » jeu. 11 juil. 2019 07:48

Cyberdélinquance : des milliers de particuliers et d'entreprises victimes d'infractions numériques en 2018
Selon un rapport annuel du gouvernement

En France, le ministère de l’Intérieur a rendu public ce mardi, et pour la troisième année consécutive, le rapport annuel sur les menaces liées au numérique élaboré par la DMISC (Délégation ministérielle aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces). Ce rapport fournit un aperçu complet des enjeux, des menaces et des réponses apportées par le ministère. Cependant, il met également en lumière les difficultés rencontrées par le gouvernement pour mesurer avec précision la délinquance numérique et évaluer le coût de la cybercriminalité.

Ce document montre que la délinquance numérique est un phénomène qui prend de l’ampleur dans l’Hexagone et en Europe ainsi qu’une préoccupation qui concerne aussi bien les particuliers que les entreprises. Il affirme que « tout un écosystème facilitant la mise en œuvre d’attaques cyber par des individus ou groupes criminels est désormais en place, induisant la notion de “crime-as-a-service” », dans un contexte favorable aux trafics illicites sur les darknets.
D’après les données fournies par la gendarmerie, 67 890 infractions numériques ont été enregistrées en 2018, soit 7 % de plus qu’en 2017 - bien loin de la hausse 32 % notée entre 2016 et 2017 - et 73 % d’entre elles étaient considérées comme des « escroqueries liées à Internet » pour un préjudice total estimé a été de plus de 1 milliard d’euros.

Le rapport indique par ailleurs que la police et la gendarmerie ont enregistrées 9970 plaintes en 2018 concernant « les piratages informatiques plus classiques », en régression de - 9 % par rapport à 2016, ainsi qu’une réduction des escroqueries aux faux ordres de virement internationaux et des attaques par déni de service. Les contenus de provocation et d’apologie au terrorisme signalés à la plateforme PHAROS ont connu une baisse significative pour la troisième année d’affilée et la plateforme Perceval qui permet de signaler rapidement l’utilisation illégale de sa carte bancaire reçoit depuis novembre 2018 environ 450 alertes par jour, pour un montant moyen de 480 euros.

Image

le document décrit un phénomène de « sextorsion » portant sur un chantage à la webcam prétendument piratée est apparu en 2018. Toutefois, au tableau des principales « escroqueries liées à Internet » recensées en 2018 figurent :

l’arnaque au faux support informatique ;
l’arnaque à la romance ;
les arnaques aux marchés « Forex » ;
les arnaques aux cryptomonnaies ;
les fraudes à la carte bancaire.


Le rapport précise que les entreprises sont particulièrement touchées par la criminalité numérique à travers d’attaques ciblées ou de vagues de contamination massives, mais indiscriminées : « l’année 2017 a été marquée par des campagnes de rançongiciels (Wannacry, Notpetya). Ces attaques n’ont pas poursuivi leur forte croissance, mais persistent en 2018. Elles touchent de nombreuses entreprises françaises puisque 80 % environ d’entre elles ont constaté au moins une en 2018. Les autorités ont signalé 560 plaintes l’année dernière suite à des attaques par un rançongiciel. Mais, ces attaques « semblent davantage cibler les grandes entreprises ayant la capacité de payer des rançons très élevées » et les attaques de type « spear-phishing et cryptojacking » sont en nette augmentation depuis début 2018.

Malheureusement, ces chiffres restent « bien en deçà de la réalité des attaques », notent les auteurs du rapport : « La majorité des entreprises victimes ne dépose pas plainte, ni même ne signale les faits aux forces de l’ordre, en général pour préserver leur image ». Les données fournies par la plateforme Perceval, par exemple, comptabiliserait moins de 20 % du nombre total de fraudes et l’outil statistique est, en outre, inadapté au phénomène « cyber ».

Dans ce rapport annuel, le ministère de l’Intérieur a aussi essayé d’aborder des sujets complexes tels que la sécurité / traçabilité des objets connectés, la pollution numérique – terme utilisé pour décrire l’impact négatif du numérique sur l’environnement à travers le fonctionnement d’Internet, ainsi que la fabrication et l’usage d’objets informatiques ou numériques – et l’impact des directives, de la jurisprudence et des règlements européens sur la lutte contre les cybermenaces.

merci à Developpez.com
Image

Répondre