La Maison-Blanche lance un outil permettant de dénoncer la « censure » sur Facebook

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 12102
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

La Maison-Blanche lance un outil permettant de dénoncer la « censure » sur Facebook

Message par chtimi054 » ven. 17 mai 2019 07:25

La Maison-Blanche lance un outil permettant de dénoncer la « censure » sur Facebook
YouTube, Instagram et Twitter

Mercredi, la Maison Blanche a lancé un nouvel outil dont les utilisateurs peuvent se servir s’ils se sentent censurés, bannis ou suspendus à tort, sur des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter.

« Trop d’Américains ont vu leurs comptes suspendus, interdits ou frauduleusement signalés en raison de “violations” indéterminées des politiques des utilisateurs », lit-on sur le site. « Peu importe votre point de vue, si vous pensez que des actes politiques ont été commis à votre encontre, partagez votre histoire avec le président Trump ».

Commentant la disponibilité de ce nouvel outil, un porte-parole de Twitter a déclaré : « Nous appliquons les règles de Twitter de manière impartiale sur tous les utilisateurs, quels que soient leur origine ou leur affiliation politique. Nous travaillons constamment à améliorer nos systèmes et continuerons à faire preuve de transparence dans nos efforts ».

Au cours des derniers mois, les républicains ont pris pour cible les médias sociaux, citant des allégations selon lesquelles les conservateurs auraient été censurés à tort sur ces plateformes. Certains comités, tels que la Chambre de l'énergie et du commerce et le Sénat du pouvoir judiciaire, ont même tenu des audiences sur la question au cours de laquelle les législateurs ont interrogé des responsables d'entreprises telles que Facebook et Twitter sur le prétendu parti pris.

L'indignation a commencé en avril dernier lorsque le Comité judiciaire de la Chambre a invité les personnalités en ligne de Diamond et Silk, pro-Trump, à discuter de la « censure » sur les médias sociaux. Le sénateur Ted Cruz (R-TX) en a fait une question de politique essentielle en organisant une audition avec les responsables de Facebook et Twitter pour discuter du prétendu parti pris. Seuls deux démocrates ont assisté à l'audience et d'autres républicains, comme la Sens. Marsha Blackburn (R-TN), ont interrogé les représentants sur les raisons pour lesquelles certaines publications de leurs bureaux avaient été supprimées.

Image

Le mois dernier, le président Trump a rencontré le fondateur et PDG de Twitter, Jack Dorsey. Des représentants de Twitter ont déclaré que la réunion était censée se concentrer sur ce que la plateforme faisait pour lutter contre l'épidémie d'opioïdes et discuter de la santé de la plateforme, mais il a été rapporté par la suite que Trump avait passé une partie importante de leur discussion de 30 minutes à se plaindre qu'il perdait son nombre d'abonnés, raison pour laquelle lui, ainsi que d'autres républicains, était persuadé qu’il ne s’agissait pas simplement de modération, mais bien de censure.

Il avait écrit dans un statut publié en ligne qui indiquait que cette décision était « très discriminatoire », car elle était d’après lui liée à ses opinions politiques. Cependant, il est possible qu'elle était liée à de nouvelles mesures antispam de Twitter. La plateforme avait supprimé de nombreux faux comptes. Donald Trump, en tant que personnalité publique connue, en avait forcément parmi ses abonnés, sans le savoir.

D'autres membres de la famille Trump, tels que Donald Trump Jr., ont également exprimé leur préoccupation face à la mise sous silence des activistes de droite. Dans un tweet le mois dernier, le fils aîné du président Trump a écrit « La mise en silence délibérée et calculée des conservateurs sur Facebook ainsi que sur le reste des monopoles du Big Tech devraient effrayer tout le monde. Il semble qu’ils portent leur campagne de censure à un niveau supérieur. Demandez-vous combien de temps avant qu'ils ne viennent vous réduire au silence ? Nous devons nous battre », après que Facebook a annoncé qu'il allait bannir de sa plateforme le théoricien du complot Alex Jones ainsi que d'autres théoriciens du complot et des activistes de droite.

Image

L'outil, hébergé sur Typeform, demande aux utilisateurs des captures d'écran et des liens du contenu incriminé, et fournit un champ de texte dans lequel les utilisateurs peuvent décrire les sanctions prises à leur encontre. L'utilisateur est également invité à choisir entre Facebook, Twitter, Instagram, Youtube ou « autre » en tant que plateforme où l'infraction a eu lieu.

L’outil recueille également d’importantes informations personnelles auprès de l’utilisateur. Il invite les utilisateurs à choisir de s’abonner aux newsletters du président Trump, « afin que nous puissions vous mettre à jour sans recourir à des plateformes telles que Facebook et Twitter ». Le contrat d’utilisateur précise que « vous comprenez que ce formulaire est destiné uniquement à la collecte d’informations ».

Une question ultérieure demande à l'utilisateur en quelle année la déclaration d'indépendance a été signée « juste pour confirmer que vous n'êtes pas un robot ». Il s'agit d'une technique anti-script non orthodoxe, généralement inefficace, compte tenu de la simplicité relative à la saisie automatique d'un numéro. .

Il est clairement indiqué que l’outil est dédié aux personnes de tous bords politiques. L’une des dernières questions propose cependant de s’abonner à la newsletter de la Maison-Blanche. Grâce au formulaire, le gouvernement récupère donc vos coordonnées, un lien vers votre profil Twitter, et un mail pour vous tenir au courant de ses actions.

Facebook, Google ou YouTube, qui sont cités dans le formulaire, ne se sont pas exprimés sur le sujet pour l’instant. Facebook et YouTube ont annoncé ces derniers mois de nombreuses mesures pour lutter contre les fausses informations et l’extrémisme. Récemment, Facebook et Instagram ont banni plusieurs figures d’extrême-droite qui diffusaient des discours haineux ou des théories du complot.


merci à Developpez.com
Image

Répondre