Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux :

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 17210
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux :

Message par chtimi054 »

Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux :
Une réécriture des dispositions fondamentales de l'article 230 de la Communications Decency Act (CDA)

Le ministère américain de la Justice a révélé le mois dernier des propositions visant à affaiblir les protections juridiques des plateformes en ligne, ajoutant une pression supplémentaire sur les grandes entreprises technologiques. Les mesures préconisent de revenir sur les immunités offertes aux sites web sur le contenu publié par leurs utilisateurs, un texte de loi adopté en 1996 lorsque l'internet en était encore à ses débuts, qui protège largement les entreprises de toute responsabilité vis-à-vis des publications des utilisateurs.

Suite à cela, la National Telecommunications and Information Administration (NTIA), une agence du ministère du Commerce, a publié lundi soir une proposition de 55 pages qui stipule que la Federal Communications Commission (FCC) réécrive la section 230 de la loi sur la décence en matière de communication.

Au lieu de protéger les plateformes sociales lorsqu'elles modèrent les messages des utilisateurs, ce que prévaut la loi, la FCC transformerait cette loi de 1996 pour tenir celles-ci responsables de délits tels que les listes de sujets de tendance sur Twitter que Trump a qualifié lundi denier de « vraiment ridicule, illégal et bien sûr, très injuste ».
Image Les plaintes du président et de ses partisans selon lesquelles les réseaux sociaux ont supprimé leur discours datent d'avant la victoire de Trump en 2016. Mais elles ont augmenté cette année, car Twitter a commencé à appliquer ses règles au flux Twitter du président.

Après que Twitter ait apposé une étiquette "Découvrez les faits concernant les bulletins de vote par correspondance" sur un tweet présidentiel du 26 mai exempt de toute justification, affirmant que le vote par correspondance serait "substantiellement frauduleux", Trump a répondu par un décret le 28 mai demandant une réécriture des dispositions fondamentales de la loi CDA en son article 230.

Ces dispositions offrent une immunité de responsabilité civile (et non pénale) aux fournisseurs et aux utilisateurs d'un "service informatique interactif", comme celui qui héberge vos messages, pour « toute action volontairement entreprise de bonne foi pour restreindre l'accès ou la disponibilité de matériel que le fournisseur ou l'utilisateur considère comme obscène, obscène, lascif, sale, excessivement violent, harcelant ou autrement répréhensible, que ce matériel soit ou non protégé par la constitution ».

Comme dans le cas des services en ligne, un service peut décider que les messages soutenant Trump (ou Joe Biden ou Vladimir Poutine) sont contraires à ses règles, et vous ne pouvez pas intenter de procès pour cela.

Le Congrès a adopté cette loi après que le réseau en ligne Prodigy ait perdu un procès intenté par Stratton Oakmont. La société de courtage a obtenu que le tribunal tienne le service pionnier pour responsable des messages d'utilisateurs attaquant ses systèmes de pompage et de déversement parce que Prodigy, en modérant ses forums, a choisi ce qui y apparaissait.

Au lieu de forcer les services en ligne à adopter une attitude de non-intervention, l’article 230 de la CDA les encourage à modérer le contenu. La NTIA propose de limiter leur immunité à la modération de contenus pornographiques, violents ou harcelants. Toutes les autres formes de modération seraient soumises à une liste de mesures telles que la documentation des règles de modération et la "notification en temps utile" aux utilisateurs qui les enfreignent.

Un site qui "se porte garant, édite, recommande ou promeut" les messages des utilisateurs , par exemple, les sujets tendances de Twitter, deviendrait également responsable de ceux-ci.

Deux analystes de groupes de libre-échange de la région de Washington ont remis en question l'ensemble de la proposition. « Si le président pense que cette loi devrait être modifiée, il doit pousser le Congrès à le faire. Il ne peut pas laisser la FCC faire ça » , a déclaré Neil Chilson, chercheur principal en technologie et innovation à l'Institut Charles Koch. Jennifer Huddleston, directrice de la politique de la technologie et de l'innovation à l'American Action Forum, a noté que les républicains s'opposent généralement aux mandats gouvernementaux sur le contenu, en remontant à la doctrine de l'équité que la FCC a appliquée pour la radio et la télévision jusqu'en 1987. « C'est la suppression de la doctrine de l'équité qui a largement permis à la radio parlée conservatrice d'émerger comme une force », a-t-elle déclaré.

Le document de la NTIA soutient que les sites comme Facebook et Twitter ne sont pas comme Prodigy dans la mesure où ils fonctionnent comme des places publiques, mais il a noté que les tribunaux ont rejeté cette ligne de pensée à plusieurs reprises.

L'ouverture des plateformes sociales aux poursuites en diffamation aggraverait également la situation des petits sites. « Les grandes entreprises vont avoir des frais de justice plus élevés en conséquence, mais une petite entreprise peut avoir beaucoup plus de mal à démarrer », a déclaré Huddleston. Chilson a qualifié l'affaiblissement du CDA 230 de « bénédiction pour les avocats de première instance et les avocats des recours collectifs ».

La pétition de la NTIA se cache derrière les principes de la liberté d'expression, mais le premier amendement protège également les entreprises comme Twitter lorsqu'elles étiquettent des tweets. Huddleston a relevé cette contradiction : « Afin de protéger les droits du Premier Amendement, vous avez ce qui est potentiellement un plus grand défi pour les droits du Premier Amendement en ayant le gouvernement qui dicte comment les plateformes peuvent et ne peuvent pas modérer ».

En plus de négliger le Premier Amendement, le document de la NTIA ne traite pas du problème de pousser la FCC à réglementer les applications. « Je ne vois pas d'exemple où ils ont déjà fait cela », a déclaré Harold Feld, vice-président de Public Knowledge, un groupe de réflexion libéral. Il a rappelé combien de républicains s'opposaient à ce que la FCC empêche les fournisseurs d'accès à Internet de filtrer les contenus, mais soutiennent maintenant la FCC qui empêche les sites sociaux de faire de même, en la qualifiant de "renversement complet". Les républicains qui comptent le plus sont les trois membres de la FCC, qui peuvent accepter ou rejeter la pétition de la NTIA. Leurs déclarations passées suggèrent qu'ils sont opposés à une plus grande réglementation gouvernementale.
Image Le président de la FCC, Ajit Pai, a dénoncé les règles de neutralité d'Internet comme un plan pour "réguler l'Internet". En 2017, il a répondu à la demande de Trump que la FCC commence à révoquer les licences de diffusion en disant : « La FCC sous ma direction défendra le Premier Amendement ». Le commissaire Mike O'Rielly a dit des choses similaires sur la neutralité du Net et a écrit en 2018 que la FCC devrait garder les médias sociaux et autres applications « une arène sans réglementation de la FCC ». Le commissaire Brendan Carr a tweeté en juin dernier que l'internet « n'a certainement pas besoin d'un contrôle gouvernemental important » et a réitéré en janvier que « nous avons besoin de moins de contrôle gouvernemental sur l'internet, pas plus ».

merci à Developpez.com
Image

Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 17210
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Re: Voici le plan de Donald Trump pour réglementer les médias sociaux :

Message par chtimi054 »

Eh oui !

Maintenant que ces sites modèrent ces propos il va les arranger un peu !!
Image

Répondre