Un candidat à la présidentielle US envisage d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisat

Pour savoir tout ce qu'il se passe sur la toile
Répondre
Avatar du membre
chtimi054
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 13378
Enregistré le : ven. 26 juil. 2013 06:56

Un candidat à la présidentielle US envisage d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisat

Message par chtimi054 » mer. 11 sept. 2019 07:28

Un candidat à la présidentielle US envisage d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisation
à offrir aux travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal


Le maire de la ville de New York et candidat démocrate à la présidentielle 2020, Bill de Blasio, a approuvé une « taxe sur les robots » et la création d'une nouvelle agence gouvernementale chargée de superviser l'automatisation. De Blasio a présenté son plan à la fin de la semaine dernière dans une tribune sur les colonnes de Wired, le décrivant comme une alternative au revenu de base universel soutenu par son rival Andrew Yang.

Dans son projet, De Blasio envisage de créer une nouvelle agence appelée FAWPA (Agence fédérale pour l’automatisation et la protection des travailleurs), qui régirait la manière dont les entreprises pourraient automatiser les emplois. Cela inclurait la suppression des incitations fiscales à l’automatisation et l’ajout d’un « processus de délivrance de permis » à toute entreprise souhaitant « augmenter l’automatisation qui remplacerait les travailleurs ».

La taxe sur les robots, quant à elle, s'appliquerait aux « grandes entreprises » qui éliminent des emplois grâce à l'automatisation sans offrir de nouveaux emplois à leurs employés. Ces sociétés devraient payer cinq années d’impôt sur les salaires dans un fonds spécial. Ce fonds servirait à créer « une nouvelle génération de projets d'infrastructure à forte intensité de main-d'œuvre et à fort taux d'emploi, ainsi que de nouveaux emplois dans des domaines tels que les soins de santé et les énergies vertes ». Les travailleurs remplacés se verraient garantir de nouveaux emplois dans ces domaines « à des salaires comparables ».

Image

Les mots du maire

« En tant que maire de New York et candidat aux fonctions de président axé sur les besoins des travailleurs, j'ai constaté chez moi et dans tout le pays que les travailleurs peuvent bénéficier de ces changements technologiques, mais nous ne pouvons pas laisser les emplois américains être remplacés par eux. C’est la raison pour laquelle je propose aujourd’hui un nouveau projet visant à protéger les travailleurs américains et à faire en sorte que nous partagions tous les bénéfices des avancées technologiques.

« Pour commencer, mon projet prévoit la création d’une nouvelle agence fédérale, la FAWPA (Federal Automation and Worker Protection Agency), chargée de superviser l’automatisation et de protéger les emplois et les communautés.

« La FAWPA créerait un processus d’obtention de permis pour toute entreprise cherchant à accroître l’automatisation qui remplacerait les travailleurs. L’approbation de ces demandes serait subordonnée à la protection des travailleurs ; si leurs emplois sont supprimés par le biais de l'automatisation, l'entreprise serait obligée d'offrir à ses travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal, ou une indemnité de départ correspondant à leur mandat dans l'entreprise.

« De plus, mon projet éliminerait des échappatoires fiscales de centaines de milliards de dollars pour les sociétés qui investissent dans l’automatisation et les déduisent souvent de leurs impôts, même si elles savaient que leur "investissement" allait probablement détruire les emplois de leurs employés.

« Enfin, ma proposition instituerait une "taxe sur les robots" pour les grandes entreprises qui éliminent des emplois suite à une automatisation accrue et ne parviennent pas à fournir des emplois de remplacement adéquats. Ils seraient tenus de payer cinq ans d’impôt sur les salaires pour chaque employé remplacé. Ces revenus iraient directement à une nouvelle génération de projets d’infrastructures à forte intensité de main-d’œuvre et à fort emploi, ainsi qu’à de nouveaux emplois dans des domaines tels que les soins de santé et l’énergie verte, qui créeraient de nouveaux emplois. Les travailleurs remplacés se verraient garantir de nouveaux emplois créés dans ces domaines à des salaires comparables ».

Les retombées potentielles

De Blasio affirme que ce projet résoudrait les problèmes d'un système de revenu universel « totalement inadéquat » (le projet de Yang sur le sujet garantirait 12 000 dollars américains par an aux Américains). Diverses personnes ont critiqué le système de revenu universel pour de nombreuses raisons, notamment la crainte que cela ne remplace les programmes sociaux existants ou ne résolve pas les grands problèmes de l’emploi. De Blasio a déclaré que ce système « négligerait la valeur intrinsèque d'un emploi, estimant que le soutien financier à la vie d'un chèque mensuel pourrait se substituer à un emploi sérieux ». Aussi, il a assuré aux électeurs que son « projet n'accepterait pas un avenir après le travail. Au lieu de cela, cela précipiterait un avenir rempli de travail ».

« Cette taxe, ainsi que les emplois créés dans les domaines du XXIe siècle, changeraient radicalement l’avenir de la prochaine économie pour les travailleurs. Il aura deux effets fondamentaux qui garantiraient aux travailleurs américains un bouclier contre le chômage.

« Premièrement, mon projet assurerait la stabilité aux travailleurs qui occupent les emplois d’aujourd’hui. Deuxièmement, en récupérant les revenus générés par la suppression de la faille de l'automatisation et de la taxe sur les robots et en les investissant dans de nouveaux programmes, cela faciliterait la création d'emplois de la prochaine génération - emplois syndiqués bien rémunérés dans les domaines de l'énergie verte, de la petite enfance, des soins de santé à domicile, etc. Pendant des générations, les Américains sont allés travailler avec confiance, non seulement d’avoir la sécurité d’un travail bien rémunéré et de bénéficier d’allocations syndicales, mais aussi de leur sécurité pour les années à venir. Ceux d'entre eux qui font encore partie de la population active, ainsi que ceux de la génération X et de la génération Y, méritent la même tranquillité d'esprit.

« Pour faire face à cette menace imminente, certains leaders technologiques de la Silicon Valley, et mon compatriote, Andrew Yang, ont proposé de fournir à chaque Américain un revenu de base universel de 12 000 dollars par an. Bien que cette idée puisse faire partie d’une solution plus large, elle n’est malheureusement pas à la hauteur d’une proposition autonome et peut faire plus de mal que de bien.

« Au mieux, ce système néglige la valeur intrinsèque d'un emploi, estimant que le soutien financier financier d'un chèque mensuel peut remplacer un emploi intéressant. Dans le pire des cas, c’est un tour de passe-passe, qui consiste à dire aux Américains que l’automatisation créera un meilleur avenir pour tous, tout en enfermant les familles de la classe moyenne dans le chômage et en garantissant que les profits générés par les nouvelles avancées technologiques ne concernent que les riches.

« Mon projet n’accepterait pas d’avenir après le travail. Au lieu de cela, cela il précipiterait un avenir rempli de travail - un avenir dans lequel nous utilisons les avancées technologiques pour combler le fossé entre nos effectifs actuels risquant d'être licenciés par l'automatisation et le personnel syndical résistant dont nous avons besoin. Une "taxe sur les robots" nous aidera à créer des emplois stables et bien rémunérés dans la classe moyenne pour les générations à venir ».

Les taxes sur les robots sont sur la table depuis quelques années maintenant. Bill Gates a discuté de cette idée en 2017, et les législateurs européens l'ont envisagée, mais l'ont rejetée. D'autres candidats à la présidentielle ont également promis d'aider à protéger les travailleurs contre l'automatisation, mais pas via une taxe sur les robots. Le sénateur Bernie Sanders (I-VT) et d'autres candidats démocrates ont soutenu une garantie d'emploi pour les Américains. Sanders a critiqué le système de revenu universel dans une argumentation similaire à celle de Blasio, affirmant que « les gens veulent travailler ».

merci à Developpez.com
Image

Répondre